Le CNRS
Accueil CNRS
Autres sites CNRS
 
    Accueil > Composantes de l'unité > Équipe Cers > Michel Grossetti
 

Download English Version

Michel GROSSETTI

Directeur de recherches au CNRS

Directeur d'études cumulant à l'EHESS (à compter du 1er octobre 2014)

LISST-Cers

Maison de la recherche - Bureau B332

Tél. : (+33) (0)5 61 50 36 69

 

Membre des axes de recherche :

« Innovation et savoirs : réseaux, médiations, territoires » (axe 1)

« Parcours et espaces de vie » (axe 3)

 

 

THÈMES ET ACTIVITÉS DE RECHERCHE

Points forts des recherches actuelles

Dynamiques de l'activité et des formes sociales (théorie sociologique)

Relations science-industrie : dimension spatiale et logiques sociales (sociologie économique, sociologie des sciences)

Construction historique de la carte scientifique (histoire des institutions scientifiques, géographie sociale)

Réseaux sociaux

Analyse des politiques publiques

Méthodologie

 

Direction de projet / organisation de colloques internationaux

Directeur du Labex SMS

 

ENCADREMENT DE THÈSES

- Laurent Laffont (co-direction, M. Azam) : La construction des goûts musicaux

- Jules Tombelle (co-direction avec F. Sicot) : L’imagerie cérébrale et la transformation de la recherche et de la thérapie

- Sébastien Plutniak (co-direction P. Boissinot) : La formalisation en archéologie

- Caterina Thomas (co-direction A. de Federico et Université des Baléares) : Réseau de soutien des jeunes dans le passage de l'enseignement secondaire à l'emploi

- Jin Huang : Les réseaux personnels en Chine. Une étude à Chongqing.
- Xue Liu : la mobilisation des relations personnelles dans le parcours de formation et d’insertion à Chengdu (Chine)

- Thomas Cornllet (co-direction C. Datchary) : Activités de communication et réseaux dans le contexte de travail


ACTIVITÉS PÉDAGOGIQUES

Interventions sur les :

- L3 de sociologie

- M1 sociologie

- M2R sociologie

 

ACTIVITÉS ADMINISTRATIVES

Administration de la recherche

- CSQ de sociologie depuis 2008

- Directeur du labex SMS depuis 2012

 

DIFFUSION DE L'INFORMATIQUE SCIENTIFIQUE / VALORISATION

Édition scientifique

Membre du comité scientifique de la Revue d'Anthropologie des Connaissances

 

Expertises / Projets

 

 

SÉLECTION DE PUBLICATIONS (mise à jour au 01.01.2012)

Télécharger la liste complète des publications

 

Thème 1 : Dynamiques de l’activité et des formes sociales (théorie sociologique, études de trajectoires)


- Michel Grossetti, 2015, « Note sur la notion d’encastrement   », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 26 mai 2015. URL : http://sociologies.revues.org/4997

- Pierre-Marie Chauvin, Michel Grossetti, Pierre-Paul Zalio, 2014, Lexique sociologique de l’entrepreneuriat, Paris, Les Presses de SciencePo,

- Jean-François Barthe, Nathalie Chauvac, Michel Grossetti, 2015, « Régimes d’activité dans la création d’entreprises », Bulletin de Méthodologie Sociologique, Vol. 125, pp.8-24.

- Pierre-Marie Chauvin, Michel Grossetti, Pierre-Paul Zalio 2014, « Introduction », in Pierre-Marie Chauvin, Michel Grossetti, Pierre-Paul Zalio, Lexique sociologique de l’entrepreneuriat, Paris, Les Presses de SciencePo, pp.11-31.

- Michel Grossetti, Fabien Reix, 2014, « Parcours biographiques et carrières entrepreneuriales », in Pierre-Marie Chauvin, Michel Grossetti, Pierre-Paul Zalio, Lexique sociologique de l’entrepreneuriat, Paris, Les Presses de SciencePo, pp. 413-432.


- Michel Grossetti, 2012, « Plus largement, les sciences sociales… », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 27 janvier 2012, URL : http://sociologies.revues.org/3788


- Frédéric Godart et Michel Grossetti, 2011, « L’émergence des formations sociales : itinéraires dans Identité et contrôle », avant-propos de Harrison White, 2011, Identité et contrôle. Une théorie de l’émergence des formations sociales, Presses de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Collection « Translations », p. 9-23.

- Michel Grossetti, 2011, « Les ressources de l’activité sociale », SociologieS, « Grands résumés, L'Action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement », mis en ligne le 6 juillet 2011, consulté le 7 juillet 2011.

- Michel Grossetti, 2011, « L’espace à trois dimensions des phénomènes sociaux. Echelles d’action et d’analyse », SociologieS.

- Marc Bessin, Claire Bidart, Michel Grossetti (dir.), 2010, Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, La Découverte, coll. Recherches.

 

- Michel Grossetti, 2007, « Mondes de la science et spécialités artistiques. Réflexions sur les formes collectives dans les activités de création », in Florent Gaudez (ed.), Sociologie des arts, sociologie des sciences, Tome 2, Paris, L’Harmattan, p. 17-27.

- Michel Grossetti, 2006, « Les limites de la symétrie. A propos de l’ouvrage de Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la Sociologie », Paris, La Découverte, 2006 », SociologieS.

- Michel Grossetti, 2006, « Trois échelles d’action et d’analyse. L’abstraction comme opérateur d’échelle », L’Année Sociologique, vol. 56, n° 2, p .285-307.

- Michel Grossetti, 2006, « La bifurcation comme notion sociologique et opérateur d’échelles », Colloque « Bifurcations et événements : pertinences et enjeux pour les sciences sociales », 8-9 juin 2006.

- Michel Grossetti, 2006, « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux », Cahiers Internationaux de Sociologie, n°120, p.5-28.

- Michel Grossetti, 2004, Sociologie de l’imprévisible. Dynamiques de l’activité et des formes sociales, Presses Universitaires de France, Collection « Sociologie d’aujourd’hui », 225 p.

 

Thème 2 : Relations science-industrie : dimension spatiale et logiques sociales (sociologie économique, sociologie des sciences)


- Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti, 2015, « La métropolisation, horizon indépassable de la croissance économique ? », Revue de l’OFCE, pp.117-144

- Michel Grossetti, 2014, “From 18th century chemistry to the 21st century creative class: a sociological perspective on policies intended to promote local economic development based on innovation”, in Rolf Sternberg and Gerhard Krauss (dir.), Handbook of research on entrepreneurship and creativity, Edward Elgar, Cheltenham, UK • Northampton, MA, US.A, pp. 275-295.

- Olivier Bouba-Olga, Michel Grossetti et Marie Ferru, 2014, “How I met my partner: reconsidering proximities”, in André Torre and Frédéric Wallet (eds) Regional Development and Proximity Relations, Edward Elgar Publishing, pp.223–240

- Michel Grossetti et Jean-Marc Zuliani, 2013, « La construction d’un système industriel de haute technologie à Toulouse entre logiques locales et logiques nationales », in Patrick Fridenson et Pascal Griset (dir.) Entreprises de hautes technologies. État et souveraineté depuis 1945, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, pp. 267-281.

- Michel Grossetti et Jean-Marc Zuliani, 2011, « Toulouse and the On-board Systems Cluster: a Late Result from One Century of Local and National Policies », Brazilian Geographical Journal: Geosciences and Humanities research medium, Uberlândia, v. 2, n.2, p. 323-336, jul./dec. 2011.

- Martin-Brelot Hélène, Grossetti Michel, Eckert Denis, Gritsai Olga and Kovács Zoltan, 2010, « The spatial mobility of the ‘creative class’ ': a European Perspective », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 34, n° 4, p.854-870.

- Michel Grossetti, 2008, « Proximites and embeddings effects », European planning studies, vol. 16, n° 5, p. 613-616.

- Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti, 2008, « Socio-économie de proximité », Revue d’économie régionale et urbaine, n° 3, p. 311-328.

- Michel Grossetti, Jean-François Barthe et Christophe Beslay, 2008, « Choix de localisation et mobilisation des ressources dans la création d’entreprises innovantes », Géographie, Economie, Société, vol. 10, n° 1, p. 43-60.

- Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti, 2008, « Socio-économie de proximité », Revue d’économie régionale et urbaine, n °3, p. 311-328.

- Michel Grossetti, Jean-Marc Zuliani et Régis Guillaume, 2006, «La spécialisation cognitive. Les systèmes locaux de compétence en Midi-Pyrénées», Annales de la Recherche Urbaine, n° 101, p. 23-31.

- Michel Grossetti, 2006, « Petit bilan des effets des politiques destinées à favoriser le développement économique par l’innovation », in Xabier Itçaina, Jacques Palard et Sébastien Ségas, Régimes territoriaux et développement économique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 173-185.

- Michel Grossetti, 2004, « Concentration d'entreprises et innovation : Esquisse d'une typologie des systèmes productifs locaux », Géographie, économie, société, vol. 6, n° 2, p. 163-177.

- Michel Grossetti, 2004, « Les relations science-industrie dans les régions du sud-ouest français », Sud-Ouest Européen, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, n° 17, p. 89-96.

- Michel Grossetti et Marie-Pierre Bès, 2002, « Proximité spatiale et relations science-industrie : savoirs tacites ou encastrement (Polanyi ou Polanyi) », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, n°5 - II -, p.777-788, repris dans Problèmes économiques, n° 2.828, 23 octobre 2003, p. 28-32.

- Michel Grossetti et Marie-Pierre Bès, 2001, « Encastrements et découplages dans les relations science – industrie », Revue Française de Sociologie, vol. 42, n° 2, p. 327-355.

- M. Grossetti et D. Nguyen, 2001, « La structure spatiale des relations science-industrie en France : l’exemple des contrats entre les entreprises et les laboratoires du CNRS », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, II, p. 311-328.

- M. Grossetti, 2001, "Les effets de proximité spatiale dans les relations entre organisations : une question d’encastrements",“Espaces & Sociétés”, n°101-102, pp.203-219

- M. Grossetti,1995, Science, industrie et territoire, Presses Universitaires du Mirail, coll. "Socio-logiques", ISBN 2-85816-255-7, 311 p.


Thème 3 : Construction historique de la carte scientifique (histoire des institutions scientifiques, géographie sociale)

- Michel Grossetti, 2014, « Incertitudes et irréversibilités dans la construction de la carte scientifique française », in Christophe Bouneau et Yannick Lung (dir.), Les trajectoires de l’innovation. Espaces et dynamiques de la complexité (XIXe-XXIe siècles), Bruxelles, Berne, Berlin, Francfort, New-York, Oxford, Vienne, Peter Lang, pp.147-180.

- Michel Grossetti, Denis Eckert, Laurent Jégou, Yves Gingras, Béatrice Milard, Vincent Larrivière, 2013, « Cities and the geographical deconcentration of scientific publications », Urban Studies, Vol. 51, n°10, pp. 2219–2234.

- Michel Grossetti, Philipe Losego et Milard Béatrice, 2009, « La territorialisation comme contrepoint à l’internationalisation des activités scientifiques », in Philippe Laredo, Jean-Philippe Leresche et Karl Weber (dir.), L'internationalisation des systèmes de recherche en action. Les cas français et suisse, Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, p. 281-300.

- Michel Grossetti et Louis-Jean Boë, 2008, « Sciences humaines et recherche instrumentale : qui instrumente qui ? », Revue d’anthropologie des connaissances.

- Michel Grossetti, 2005, « Interdisciplinarité ou disciplines hybrides. L’exemple des sciences pour l’ingénieur en France », Communication pour le Congrès « Les défis de l’innovation dans les études supérieures », Toronto, 2-5 novembre 2005.

- Michel Grossetti et Philippe Losego (dir.), 2003, La territorialisation des universités et de la recherche. France, Espagne, Portugal, L’Harmattan, coll. « Géographie en liberté »,339 p., ISBN 2-7475-4283-1

- Michel Grossetti, 2003, « Les relations entre les universités et l’industrie en France. Les interactions entre formation, recherche et collaborations industrielles. », in Georges Fellouzis (dir.), Les mutations actuelles de l’université, Presses Universitaires de France, p. 47-70.

- Michel Grossetti (ed),1994, Université et Territoire. Un système scientifique local, Toulouse et Midi-Pyrénées, coll. "Villes et Territoires", Presses Universitaires du Mirail, 237 p., ISBN 2-85816-236-0

- Michel Grossetti et Béatrice Milard, 2003, « Les évolutions du champ scientifique en France à travers les publications et les contrats de recherche », Actes de la recherche en sciences sociales, juin, n° 148, p. 47-56.

- Michel Grossetti, Philippe Losego et Béatrice Milard, 2002, « La territorialisation des activités scientifiques dans le Sud-Ouest européen (France, Espagne, Portugal) », Géographie, Economie, Société, n° 4, p. 427-442.

- M. Grossetti, 2000, « Sciences et demandes sociales au début du siècle », Sciences de la Société, n°49, p. 3-10.

- Michel Grossetti et Claude Detrez, 2000, « Sciences d'ingénieurs et sciences pour l'ingénieur. L'exemple du génie chimique », Sciences de la Société, n °49, p.63-85.

- Michel Grossetti, André Grelon, Françoise Birck, Anne-Claire Déré, Claude Detrez, Gérard Emptoz, Michel Idrac, Jean-Paul Laurens, Pierre Mounier-Kuhn, Béatrice Milard, Jean-Claude Canévet, Christine Marseille, Michel Spiesser ,« Villes et Institutions Scientifiques », rapport pour le PIR-VILLES, CNRS, juin 1996 .

- M. Grossetti et Pierre Mounier-Kuhn, 1995, « Les débuts de l'informatique dans les universités - Un moment de la différenciation des pôles scientifiques français », Revue Française de Sociologie, XXXVI, n° 2, p. 295-324.

 

Thème 4 : Réseaux sociaux


- Jean-François Barthe, Nathalie Chauvac, Michel Grossetti, 2015, « Régimes d’activité dans la création d’entreprises », Bulletin de Méthodologie Sociologique,  Vol. 125, pp.8-24.

- Christian Bessy, Nathalie Chauvac, Michel Grossetti, 2014, « Les premiers recrutements des « jeunes entreprises innovantes » : les variations de l’encastrement », Economies et Sociétés, AB, Vol. 9, n°36, pp. 1377-1404.

- Michel Grossetti, 2014, « Que font les réseaux sociaux aux réseaux sociaux ? Réseaux personnels et nouveaux moyens de communication », Réseaux, n° 184-185, 2014/2-3 pp. 187 à 209

- Claire Bidart, Alain Degenne, Michel Grossetti, 2011, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Presses Universitaires de France, coll. « Le lien social ».

- Michel Grossetti, 2010, « Réseaux sociaux et ressources de médiation », in Vincent Liquette (coord), Médiations, Les essentiels d’Hermès, Paris, CNRS éditions, p. 103-120.

- Michel Grossetti, 2009, “¿Qué es una relación social? Un conjunto de mediaciones diádicas” et “Qu’est-ce qu’une relation sociale ? Un ensemble de médiations dyadiques” , REDES- Revista hispana para el análisis de redes sociales, vol. 6, n° 2.

- Marcia Gomide et Michel Grossetti, 2008, « Crise au dispensaire. Réseaux sociaux et fonctionnement d’un système sanitaire local au Brésil », Sociologie Santé, n° 29, p. 71-88.

- Michel Grossetti et Jean-François Barthe, 2008, « Dynamiques des réseaux interpersonnels et des organisations dans les créations d’entreprises », Revue Française de Sociologie, 49-3, p.585-612.

- Marcia Gomide et Michel Grossetti, 2008, « Crise au dispensaire. Réseaux sociaux et fonctionnement d’un système sanitaire local au Brésil », Sociologie Santé, n° 29, p. 71-88.

- Michel Grossetti et Jean-François Barthe, 2008, « Dynamiques des réseaux interpersonnels et des organisations dans les créations d’entreprises », Revue Française de Sociologie, 49-3, p.585-612.

- Michel Grossetti, 2007, « Are French networks different ? », Social Networks, vol. 29, n° 3, p. 391-404.

- Michel Grossetti, 2006, « La ville dans l’espace des réseaux sociaux », in Michel Bonnet et Patrice Aubertel (dir.), La ville aux limites de la mobilité, Paris, Presses Universitaires de France, p. 83-90.

- Michel Grossetti, 2005, « Where do social relations come from?: A study of personal networks in the Toulouse area of France », Social Networks, 27, p. 289-300.

- M. Grossetti,1998, « Communication électronique et réseaux sociaux », Flux, n° 29, juillet 1998, p. 5-13.


Thème 5 : Analyse des politiques publiques
- M. Grossetti, C. Beslay et D. Salles, 1999, « Aperçu sur les nouvelles formes de l’action publique locale à travers l’exemple des politiques de reconversion industrielle », Annales de la Recherche Urbaine, n° 80-81, p.109-120.

- M. Grossetti, C. Beslay et D. Salles, 1999, « Aperçu sur les nouvelles formes de l’action publique locale à travers l’exemple des politiques de reconversion industrielle », Annales de la Recherche Urbaine, n° 80-81, p.109-120.
- M. Grossetti et C. Beslay, 1999, « La construction des politiques locales de reconversion industrielle », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, n° 1, p. 63-92.

- C. Beslay, M. Grossetti, Denis Salles, François Taulèlle, Régis Guillaume et Michel Daynac, 1998, La construction des politiques publiques locales. Le cas des reconversions industrielles, L'harmattan, coll. "Logiques politiques",220 p., ISBN : 2-7384-6355-X

- M. Grossetti et C. Beslay, 1999, « La construction des politiques locales de reconversion industrielle », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, n° 1, p. 63-92.


Thème 6 : Méthodologie

- Michel Grossetti, 2011, « Les narrations quantifiées. Une méthode mixte pour étudier des processus sociaux », Terrains et Travaux, n° 19, p. 161-182.

- Michel Grossetti, Jean-François Barthe, Nathalie Chauvac, 2011, « Studying relational chains from narrative material », Bulletin de Méthodologie Sociologique, n° 110, p. 11-25.

- T. Blöss et M. Grossetti, 1999, Introduction aux méthodes statistiques en sociologie, Presses Universitaires de France, coll. « Le Sociologue », 224 p.

 



THÉMES POUR LES RECHECHES DE MASTÈRE OU DE DOCTORAT

Réseaux sociaux

1. Dynamique des réseaux personnels en situation de changement.

L’étude des réseaux sociaux a produit de nombreux résultats solides mais qui restent principalement statiques. On sait encore peu de choses sur la dynamique des réseaux. L’étude des logiques de recomposition des entourages dans des situations de changement apparaît donc comme une bonne façon d’améliorer la connaissance des logiques relationnelles.

Ce sujet peut se traiter de façon générale (thèse) ou se décliner sous la forme de monographies sur un type donné de changement biographique (professionnel, familial, spatial, etc.) ou organisationnel (création / fermeture d’organisations).

2. Histoires de relations personnelles.

La plupart des études sur les réseaux se fondent sur les relations décrites par l’un des protagonistes. Cela peut induire des biais dus à la non symétrie des relations (la force d’un lien n’est pas forcément perçus de la même façon des deux côtés). Une façon d’éviter ce biais serait de réaliser des entretiens croisés sur des histoires de relations. Cela permettrait d’abord d’analyser les narrations produites et leurs variations éventuelles (aspect méthodologique), mais surtout de construire des narrations synthétiques permettant d’analyser les processus d'évolution des relations (évolution des rôles relationnels, des registres d’échange, etc.).

3. La ségrégation douce.

Il s’agit de tester l’hypothèse selon laquelle l’affaiblissement des contraintes sur les interactions et sur la création des relations favorise les relations plus homophiles et donc une société plus fragmentée. Il faudra pour cela construire des données comparatives (avec des enquêtes réseaux passées) et tenir compte des moyens de communication.

 

Dynamiques sociales

4. Les bifurcations (biographiques / organisationnelles, dans une sphère d’activité).

Il s’agit ici de prolonger empiriquement les travaux sur les bifurcations biographiques (dossier des « Cahiers internationaux de sociologie », 2006) en réalisant des études approfondies sur des types particuliers de bifurcations.

5. Perceptions de l’avenir

Comment, à quelles occasions, et sur quelles bases, les acteurs (individuels, collectifs) construisent-ils des visions de l’avenir (le leur, celui de leur proche, celui d’ensembles dont ils se sentent membres, etc.) ? Ce sujet peut être traité au niveau individuel(entretiens biographiques croisés) ou plus collectif (représentations de l’avenir dans des collectifs).

 

Science, technologies, innovations

6. Histoires d’innovations technologiques (place des réseaux et de la dimension collective)

L’idée est de revenir sur l’étude des innovation en mobilisant un cadre théorique intégrant les réseaux sociaux et les ressources de coordination pour mieux mettre en évidence les logiques à la fois individuelle et collectives, les effets d’encastrement et de découplage.

7. Sciences appliquées / sciences fondamentales : construction historique de cette distinction.

Les discours sur les modes de production des savoirs (modes 1 et 2), les interactions université – industrie – gouvernements (triple hélice), ou les régimes de savoir, ne rendent pas compte de la construction historique de modèles collectifs relatifs à la place des activités scientifiques dans le monde social, qui coexistent actuellement. Il s’agira en particulier de revenir sur la façon dont se sont constituées les notions de science « pure » et de science « appliquée » et les projets et institutions qui sont associés à ces notions.

8. Les nouvelles normes scientifiques

Ce sujet est le pendant du précédent : il s’agit d’étudier les référents normatifs des chercheurs actuels en ce qui concerne les rapports entre science et société.

9. Recherche industrielle (histoires de labos / analyse d’organisations).

La recherche industrielle reste peu étudiée. Des études de carrières de chercheurs, de laboratoires ou de milieux technologiques en milieu industriel permettraient de mieux connaître cette partie immergée de l’iceberg de la recherche.

10. Mathématisation et «durcissement» des sciences humaines : économie, archéologie, linguistique, psychologie cognitive.

Une certain nombre de spécialités relevant des sciences humaines et sociales ont évolué vers une « technicisation » accrue de leurs procédures de recherche, ont accueilli des chercheurs ou techniciens issus des sciences de la nature ou de la technologie, et adopté des pratiques de publication, de fonctionnement de laboratoire, de carrières, plus proches de ces sciences. Comment rendre compte de ces évolutions et de leurs effets ? Quelles tensions cela crée-t-il ? Comment à travers ces exemples se donnent à voir les définitions des grands domaines scientifiques et de leurs frontières ?

 

 

 

 

 

 

 

Annuaire

Rechercher

Sur le WEB du laboratoire



Sur le WEB du CNRS



Laboratoire Interdisciplinaire, Solidarités, Sociétés, Territoires

ImprimerContactPlan du siteCréditsAccueil